Tel: +33(0)9 54 30 79 96

 

Sony, une entreprise d’après-guerre qui n’a cessé de progresser et d’innover. Quelles leçons pouvons-nous tirer de cette incroyable aventure entreprenariale ?

L’histoire de Akio Morita, le créateur de Sony

Un homme d’exception. À la fois symbole et inspirateur de Sony, Akio Morita fait partie de ces industriels visionnaires qui ont participé à la reconstruction du Japon d’après-guerre. Sa force de caractère légendaire, associée à une volonté inébranlable, a propulsé cet héritier d’une famille de brasseur de saké, féru de physique et d’électronique, à la tête d’un empire industriel.

 

Etant probablement le PDG japonais le plus célèbre à l’étranger, parlant couramment anglais, grand admirateur de la France, il a imposé à son entreprise des exigences de créativité et d’innovation qui ont fait la réputation de la marque à l’international.

La naissance de Sony. En 1958, la société Totsuko a été rebaptisée. Akio Morita choisit un mot court, facile à mémoriser partout dans le monde. Ainsi naît Sony dans le pays du soleil levant, à partir d’une astucieuse synthèse des mots « sound » (son) et « sunny » (ensoleillé). A l’époque, Akito Morita dirigeait les finances et le marketing. Il est devenu par la suite directeur général en 1971, puis PDG en 1976. Durant toute sa carrière, ses prioritésresteront les mêmes : créativité de la R & D (10 % du chiffre d’affaires lui sont consacrés), qualité des produitsmotivation du personnel.

Il a joué un rôle-clé dans le rapprochement avec les États-Unis. Il a de même l’idée du premier baladeur, et c’est lui-même qui décide de racheter le studio Columbia Pictures pour la somme astronomique de 3,4 milliards de dollars.

Sa pugnacité n’a d’égal que son entêtement, ce qui lui fera parfois commettre des erreurs, comme son acharnement coûteux à maintenir la norme Betamax face au VHS. Une leçon qui lui fera prendre conscience de la nécessité d’associer l’univers de la musique et du cinéma aux technologies de l’audiovisuel.

Ancrer ses mots dans les esprits. Ses maximes destinées à renforcer « l’esprit Sony » et à exhorter ses salariés au travail resteront célèbres. « Les gens sans ambition ni curiosité ne servent à rien » ou encore « On peut faire des erreurs mais jamais deux fois la même ».

Sa philosophie « Made in Japan », développée dans son autobiographie, se résumait en ces quelques principes : observer les gens pour leur apporter ce dont ils ont besoin, étudier le marché avant de développer des produits aussi excellents soient-ils, avoir la vision d’un grand projet international.

Les leçons de recrutement du créateur de Sony

Quelles sont les leçons de recrutement du créateur Sony me demanderez-vous ?

Tout d’abord, tiré de sa fameuse citation, cette leçon de vie : « On peut faire des erreurs, mais jamais deux fois la même ». Il ne s’agit pas de se blâmer, de s’arrêter à chaque obstacle, mais de tirer des leçons de chacune de ses erreurs afin de ne pas les reproduire. Il est donc nécessaire de s’entourer de collaborateurs qui vont de l’avant, qui avancent ensemble, main dans la main, et qui retiennent un enseignement de chacune de leurs erreurs, pour changer le Monde.

Obéir aux lois du marché. En effet, innover, c’est bien, mais pas sans adapter parfaitement le produit au marché. Si vous voulez percer dans un milieu, vous devez comprendre tout ce qui le compose. Pour qu’un produit soit réussi, il faut qu’il soit utile au client afin de répondre à ses besoins et de le satisfaire.

Et la leçon-clé ? « Seuls les gens curieux et ambitieux méritent d’être embauchés ». Si vous voulez bâtir un empire, vous devez vous entourer de collaborateurs curieux et ambitieux, qui œuvreront chaque jour à la réussite de leur entreprise. Apprenez à faire la différence en la côtoyant !

Conclusion : Bien recruter puis offrir un accompagnement et un droit à l’erreur

Chaque entreprise passe par cette étape décisive : le recrutement. Apprendre à recruter les bonnes personnes est indispensable si l’on veut prospérer et grandir dans le temps.

Cependant, tout ne s’arrête pas au recrutement. En effet, une fois la personne d’exception recrutée, il faut l’accompagner et lui donner envie de s’engager au quotidien dans sa société, en lui offrant la possibilité de se tromper. Ce n’est pas grave de tomber si vous vous relevez et comprenez comment vous pourrez rester debout à l’avenir.